© CRTC Hauts-de-France - Nicolas Bryant

Fort Mahon : évasion à bord d’un catamaran entre ados

En mode loups de mer ultracomplices

C’est un engin impressionnant, qui va épater vos ados. Maniement des voiles, maîtrise du gîte, de la vitesse et de la direction : à bord chacun a un rôle au service de l’intérêt collectif : ne pas chavirer ! À Fort-Mahon, l’école de voile n’assure pas que l’encadrement et la sécurité : elle booste l’esprit d’équipe Chacun participe, tout le monde se dépasse. Sourires fiers sur les visages rosis à l’arrivée.

Quend-Plage_À_la_rencontre_des_phoques_en_trimaran©CRTC-Hauts-de-France_Nicolas_BryantQuend-Plage, à la rencontre des phoques en trimaranQuend-Plage, à la rencontre des phoques en trimaran© ©CRTC Hauts-de-France - Nicolas Bryant

Sur l’eau, communication obligée 😉

« Le catamaran de sport c’est facile d’accès et surtout cela permet d’aller vite, très vite vers des sensations sympas », annonce d’emblée Arno Dambreville, responsable au sein de l’association Eveils. Une initiation pour les débutants est un préalable avant d’être autonomes. Trois heures en flottille (bien encadrés par notre moniteur qui reste à proximité sur un bateau de sécurité), durant lesquelles on apprend les manœuvres de base pour devenir de vrais marins acteurs de notre promenade en mer. Deux adultes et un ado à partir de 12 ans, peuvent s’installer à bord du Catamaran Dart. On reste donc entre parents-enfant ; c’est aussi plus sécure côté Covid. L’équipement est fourni : combinaison éco-conçue, coupe-vent et gilet de sauvetage. Savoir nager est obligatoire. A part ça, pas de soucis de marées et de transport, les embarcations sont déposées en bordure de plage par des tracteurs. Pas de souci de météo non plus : quelle que soit la température, le néoprène est très efficace !

Ça y est, nous sommes un équipage !

L’aventure est aussi dépaysante. On connaît tous le littoral vue de la terre, à pied, à vélo ou en auto. Le point de vue depuis le large offre une toute autre perspective. On redécouvre le relief de la Baie d’Authie, le cordon dunaire, le parc maritime… et les phoques imperturbables sur leur banc de sable. Une chose est sûre, la déconnexion est totale une fois sur l’embarcation : on est complètement ailleurs. Il faut juste rester concentrés tout de même : nous sommes répartis sur les coques du catamaran et il faut bien surveiller le sens du vent qui souffle dans nos voiles, le gréement et le foc. Car il faudra agir ensemble à plus de 15 km/h. « C’est pour cela que l’on parle d’équipage. Le rôle de chacun est bien défini pour travailler en coopération. La façon dont on est assis conditionne l’équilibre du bateau. Il faut juste être curieux, avoir de l’écoute et du bon sens, » rassure Arno.

Et nous sommes tous obligés de communiquer. C’est ensemble que nous faisons évoluer, avancer notre catamaran. L’interaction ado-parents est top, les tensions de la maison sont oubliées! On se ressoude, on partage. Barrer, réduire la voilure, contrer le gîte, à savoir le bateau qui se lève. Ça y est, nous sommes un équipage. C’est rigolo. Oui, le trampoline qui relie les coques est un véritable terrain de jeu  quand il faut se déplacer pour réaliser les manœuvres, Il faut vite se réorganiser ensuite et trouver de nouveaux repères. C’est perturbant un peu, animé beaucoup. Une expérience physique qui déménage, entre plaisir de naviguer et sensations de liberté. C’est bon, nous sommes mordus !

Déambuler dans une forêt… de moules !

À marée basse avec un guide nature

Approchez donc de cette incroyable forêt de pieux qu’on voit de loin sur la plage. Ces bouchots que la mer découvre à marée basse vous dépassent d’un bon mètre ! Accompagnés d’un guide Qualinat, vous allez apprendre de l’intérieur le « tour de main » des mytiliculteurs et comprendre comment la baie de Somme nourricière donne aux moules d’ici un goût particulier : un goût de réserve naturelle ! En 2 km avec un premier passage sur la plage pour observer quelques espèces de l’estran sableux (c’est aussi le moment de saisir enfin la différence entre une mouette et un goéland !), on touche les naissains rugueux, on goûte…  S’équiper de bottes (ou se déchausser et profiter du bain de pied à l’eau de mer) pour traverser confortablement de petites zones d’eau. A compléter par la promenade facile des dunes du Royon. 1h30 aller-retour (4km) entre argousiers, pinède, chevreuils et crapauds qui composent aussi ce site naturel protégé entre Fort-Mahon-Plage et Quend Plage. Moules-frites à l’arrivée !

Infos pratiques