118728128_4494364230603525_1213623377610764906_o

L'ours - la demande en mariage

Spectacle, Théâtre à Saint-Valery-sur-Somme

  • THÉÂTRE
    à partir de 8 ans
    Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas !

    Anton Tchekhov

    L’ours. Depuis la mort de son adoré mari, Ivanonva Popova s’est repliée sur elle-même. Elle porte jusqu’à l’extrême le deuil de son défunt époux en restant enfermé, ne voyant plus personne. Jusqu’au jour où un certain Smirnov vient déranger - avec fracas - ce retrait pour réclamer de l’argent qui lui est dû. Dès lors, le ton va monter et la cocasserie s’accélérer. Dans un tourbillon de sentiments...
    THÉÂTRE
    à partir de 8 ans
    Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas !

    Anton Tchekhov

    L’ours. Depuis la mort de son adoré mari, Ivanonva Popova s’est repliée sur elle-même. Elle porte jusqu’à l’extrême le deuil de son défunt époux en restant enfermé, ne voyant plus personne. Jusqu’au jour où un certain Smirnov vient déranger - avec fracas - ce retrait pour réclamer de l’argent qui lui est dû. Dès lors, le ton va monter et la cocasserie s’accélérer. Dans un tourbillon de sentiments exacerbés, les deux nous entraînent dans une crise irrationnelle, drôlissime, prenant en otage le valet de madame, Louka.

    La demande en mariage. Dans cette seconde pièce, Lomov, un homme hypocondriaque, vient demander la main de Natalia à son père. Ce dernier voit l’idée d’un bon œil jusqu’à ce qu’il y ait de certains malentendus au sujet du domaine des uns et des autres. Susceptibilités et mauvaise foi rendent la situation jubilatoire. Ici on rit de la question de la propriété et des héritages, sujet qui n’a pas pris une ride, nous l’attestons.

    Tchekhov observe notre humanité et nos vices avec élégance. Avec le souci de la brièveté et du rythme, il brosse un portrait filou de notre façon d’être. Tout y passe, de l’avidité des uns, à la pseudo-virilité des autres. C’est puissant et profond.

    Pour rien au monde, Léon Tolstoï n’aurait manqué une représentation de « L’Ours » de Tchekhov, car il riait aux larmes chaque fois qu’il y assistait. Ces « farces » ou « plaisanteries » sont irrésistibles. L’auteur les écrivait à toute allure, fort de ses observations du peuple qui l’entourait, à la ville comme aux champs, mais surtout dans son cabinet médical car Tchekhov avant d’être écrivain était médecin. Ce qui leur confère leur vérité et justesse.

    Nous aimons particulièrement les pièces « courtes de Tchekhov » depuis longtemps. C’est un bonheur de nous y atteler enfin. Nous avons choisi la traduction d’André Barsacq pour son élégance, la peinture de l’avant-garde russe pour notre mise en scène, et la folie slave qui nous va bien pour partager la rigolade en votre compagnie.


    Farces d’Anton Tchekhov
    Traduction André Barsacq
    Mise en scène Yann Palheire et Willy Michardière
    Avec Charlotte Popon, Willy Michardière, Yann Palheire
    Lumières Antonin Mauduit
    Costumes Maxence Rapetti-Mauss
Horaires
  • Du 10 août 2021
    au 12 août 2021
  • Du 17 août 2021
    au 19 août 2021
  • Du 4 novembre 2021
    au 6 novembre 2021
  • Le 7 novembre 2021
  • Mardi
    à 21:00
  • Mercredi
    à 21:00
  • Jeudi
    à 21:00
  • Mardi
    à 21:00
  • Mercredi
    à 21:00
  • Jeudi
    à 21:00
  • Jeudi
    à 20:30
  • Vendredi
    à 20:30
  • Samedi
    à 20:30
  • Dimanche
    à 17:00