© CRTC Hauts-de-France - AS Flament

Villers‑Bretonneux : éprouver un sentiment de fraternité internationale

Tous les 25 avril avant les premières lueurs de l’aube, de Melbourne à Villers-Bretonneux en passant par les îles Tonga et Samoa se déroule l’émouvante cérémonie de l’ANZAC Day (pour Australian and New Zealand Army Corps), qui rend hommage aux 540 000 soldats australiens et néo-zélandais morts pendant la Première Guerre mondiale.

Villers-Bretonneux _ Mémorial National Australien et Centre Sir John Monash © CRTC Hauts-de-France - AS FlamentVillers-Bretonneux _ Mémorial National Australien et Centre Sir John Monash © CRTC Hauts-de-France - AS FlamentVillers-Bretonneux, Mémorial National Australien et Centre Sir John Monash © CRTC Hauts-de-France - AS Flament

Villers-Bretonneux est sans doute le bourg français le plus connu en Australie. Un mémorial a été consacré aux soldats australiens et néo-zélandais sur une petite colline dominant la campagne. Du haut de la tour, le regard balaie le paysage désormais apaisé, puis se perd à l’horizon où l’on aperçoit la cathédrale d’Amiens par temps clair. 450 000 soldats australiens se sont enrôlés dans l’Australian Imperial Force durant la Grande Guerre, soit 40% de la population masculine mobilisable, 10% de la population du pays !

Mais qui étaient ces soldats, jeunes pour la plupart et tous volontaires qui sont venus se battre si loin de chez eux ? Pour le comprendre, il faut visiter le tout nouveau Centre Sir John Monash, du nom du commandant en chef des troupes australiennes qui en 1918 participa à renverser le cours de la guerre et permit la flamboyante victoire de la bataille d’Amiens en août 1918.

Le Centre propose une expérience immersive dans les pas des Diggers (littéralement “ceux qui creusent”). On y entre par une rampe descendante qui évoque une tranchée et vous plonge très vite dans l’univers de ces soldats venus des antipodes “On voulait que les visiteurs vivent une véritable expérience, c’est pourquoi le musée est immersif et très interactif », explique Caroline Bartlett, directrice du Centre en 2020.  Le parcours est riche, intuitif, mais également souple et s’adapte à tous les publics avec ses vidéos et commentaires audios didactiques.

“Tous étaient des volontaires ; 46 000 sont tombés sur le front ouest et n’ont jamais revu les plaines d’Australie. Pour leur rendre hommage nous voulions des témoignages, poursuit Caroline Bartlett. On s’appuie beaucoup sur l’audio, on est dans le moment, dans l’immersion et cela favorise les échanges car l’émotion produite fait parler les visiteurs entre eux ».

Ce qu'ils racontent de cette expérience

Christine Tampigny Portrait RecChristine Tampigny Portrait RecChristine Tampigny Portrait Rec
Des biscuits au coquelicot !

 

J’adore la « Biscuiterie du Coquelicot » qui se trouve à Albert (chez Philippe FERET). C’est super pour le goûter ou pour faire un petit cadeau avant de repartir. On y trouve des spécialités à base de coquelicot (la fleur symbole de la Grande Guerre) : gaufrettes, sirop, bonbons… Ma gourmandise préférée dans cette boutique, c’est incontestablement les sablés aux pétales de coquelicot : un régal ! Vous pourrez également faire le plein de spécialités régionales comme le sirop de bleuet, les gaufrettes à la chicorée, des produits à base d’argousier de la Baie de Somme…

Christine Tampigny, experte des sorties patrimoine et nature en Haute-Somme
section-banner-bottom

Infos pratiques