© CRTC Hauts-de-France- Guillaume Crochez

10 panoramas nature à contempler

Contempler la beauté de la nature nous rend plus heureux, le saviez-vous ? Sur ce constat salutaire, voici 10 panoramas Hauts-de-France pour s’émerveiller Haut&Fort. Du sommet des Monts Bonneil à Château-Thierry, Pagnotte, Cassel ou du terril le 11/19 à Loos-en-Gohelle, sur les remparts de Montreuil-sur-Mer, le long de l’allée des Beaux-Monts en forêt de Compiègne ou dans la réserve du Marquenterre, plongez tête la première dans ces paysages remarquables où le regard porte loin et attendez que le beau vous envahisse le cœur… Vous ne faites qu’un avec la nature : un sentiment de pur bonheur ! 

Essômes-sur-Marne _ Vignobles de Champagne © CRTC Hauts-de-France - Vincent ColinEssômes-sur-Marne _ Vignobles de Champagne © CRTC Hauts-de-France - Vincent ColinEssômes-sur-Marne, Vignobles de Champagne © CRTC Hauts-de-France - Vincent Colin
Frise

01. Sublimes points de vue de la Montagne sur une mosaïque d’étangs

Prendre de la hauteur sur deux montagnes voisines l’une de l’autre

Eclusier-Vaux et Frise vaut le coup d’œil et mérite vos plus beaux selfies. En attendant il vous faut parcourir 13 km à travers ces larris (pelouses calcicoles en coteaux) de la Haute-Somme, chemins qu’entretient avec soin le Conservatoire d’Espaces Naturels Hauts-de-France. Depuis le belvédère de la montagne de Frise, la vue sur les méandres de la Somme est à couper le souffle. Au cœur de cet endroit paisible et apaisant, difficile de s’imaginer qu’il fut le théâtre d’épisodes les plus sanglants de la Première Guerre mondiale. Sur la ligne de front même, des tranchées subsistent, ainsi que les cicatrices de trous d’obus.

Chargée d’émotion, cette ascension l’est d’autant plus à travers les écrits du poète-écrivain, Blaise Cendrars qui faisait déjà l’expérience en 1914, lors de ses temps de permission à l’arrière du front, du bienfait du contact avec cette terre d’eau. Fini le fracas des armes, la nature verdoyante, abondante a depuis repris ses droits, faune et flore rares se développent et aujourd’hui c’est « un petit coin de paradis au pays du coquelicot ».  Eclusier-Vaux, sur son promontoire domine aussi la Haute Vallée de la Somme et offre un superbe panorama sur un entrelacs, d’étangs et marais. Une richesse écologique et paysagère exceptionnelle… émotionnelle ! 

Compiègne

02. L’impériale percée des Beaux-Monts

 

 

Une échappée dans la forêt de Compiègne profonde, régénérante et historique ! Toutes les dynasties ont côtoyé, façonné cette forêt de villégiature des rois et empereurs, devenue l’une des plus célèbres et plus belles de France (la 3ème par sa taille). Une immensité verte parcourue par plus de 900 km de chemins forestiers se recoupant en plusieurs centaines de carrefours avec leurs typiques poteaux d’orientation blancs, portant le nom des allées « Carrefour des Nymphes », « Carrefour des Lièvres » toujours poétiquement surannés. 

Et puis, il y a la percée des Beaux Monts. Cette célèbre avenue forestière part du Palais de Compiègne, traverse la forêt sur plus de 4 km et vous réserve une perspective peu banale. Elle serait à l’origine un cadeau de l’Empereur Napoléon Ier à son épouse Marie-Louise d’Autriche.  

En chemin : des étangs, des mares et d’autres majestés « des arbres remarquables » comme le Chêne de Saint-Jean planté sous le règne de Saint-Louis et un village de charme – Saint-Jean… aux Bois (forcément) – où vous aimez vous sustenter après votre bain de 15 000 hectares de canopée

Le Mont-Bonneil

03. Champagne ! Des vignes à perte de vue

Aux portes de la Champagne, nous picards à la pointe la plus méridionale de l’Aisne, avons aussi nos vignes et « ce n’est pas une fable ! », nous dirait Jean de la Fontaine, natif du coin (Château-Thierry exactement). Et ces vignobles entretenus par une myriade de vignerons indépendants produisent …du Champagne. Oui, 10% de la production française est made in Hauts-de-France ! Et pour aller les admirer à perte de vue, empruntez le chemin qui monte à travers le charmant village de Bonneil en longeant l’église gothique du XIIIe siècle. Plus vous grimpez plus le paysage de carte postale se dévoile sur le Mont Bonneil et sa cascade de vignes pentues… Un spot rêvé pour les amoureux de la photo ! 

Saint-Quentin-en-Tourmont

04. Quand le sentier franchit la dernière dune

« Homme libre, toujours tu chériras la mer », nous dit Baudelaire. Oui ! On aime les plages, le ressac des vagues, le rythme rassurant des marées… et les dunes. Ces dernières sont à la fois attirantes et fragiles. Celles de nos côtes picardes forment de beaux cordons naturels tantôt éventés, ensoleillés, fixés par des oyats, argousiers et gazon d’Olympe. Le sentier aménagé (7.2 km) dit « d’accès à la mer » débute à Saint-Quentin-en-Tourmont. Dunes arbustives, pinèdes jalonnent le chemin de sable jusqu’à l’ascension de la dernière dune, et là, plaisir des yeux… Extatique : le regard porte à des dizaines de km, plages désertes. Vous êtes comme seuls au monde, sur le plus vaste massif dunaire du nord de la France (3000 hectares) et en face, la mer se confond avec le ciel. Grandiose ! 

Loos-en-Gohelle

05. Tout en haut de ch’ terril

Affutons nos mollets! Et gravissons un sommet, mais pas n’importe lequel. Une des 300 et quelques montagnes noires du Bassin minier classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Près de Lens, au cœur du pays des corons, le terril du 11/19 de Loos-en-Gohelle est le plus haut d’Europe (186m). Même si la pente est raide, elle reste accessible à condition de prendre de bonnes chaussures. Alors grimpez, et dans la bonne humeur, les Lensois vous transmettent leur joie de vivre et leur cœur à l’ouvrage… « Au Nord, c’étaient les corons… ». La voie aménagée conduit à une première étape avec vue sur la plaine minière alentour. Intéressez-vous à la flore thermophile et au schiste (tiède !) du chemin ; vous croiserez peut-être même quelques fossiles, car l’extraction minière fait remonter la préhistoire au grand jour. Puis, tout en haut du terril la vue à 360° est incroyable…  En toile de fond, la colline Vimy et son mémorial, l’anneau de la mémoire à Ablain-Saint-Nazaire. On ne peut qu’être emporté. 

Cassel

06. Du haut du Mont Cassel, la Flandre à vos pieds

Le village de Cassel est perché, c’est notre Everest, le plus haut de Flandre ; il est aussi « l’élu des français en 2018 » par sa beauté, son insolite et son art de vivre à la flamande. Et de son point culminant (176 m), la vue est splendide. Comme dans une peinture des grands maîtres flamands du XVIIème, vous plongez dans ce clair-obscur que suggère le relief de ces paysages montueux. Ici, on admire le panorama unique sur toute la plaine des Flandres jusqu’à 80 km à la ronde. Tout près d’un moulin à vent, un de ces estaminets « temples de la chaleur humaine du nord » Le T’Kasteelhof vous régalera de ces plats traditionnels au bon goût de… la Flandre.

Halatte

07. A l’assaut du Mont Pagnotte en forêt, vue sur… Paris !

Un mont qui pointe en haut de la forêt domaniale d’Halatte à 50 km de Paris et 7 km de Senlis (lieu imprenable en Celte), voilà pourquoi il mérite notre grimpette ! Arrivés sur la crête, point culminant de l’Oise (220 m), nous sommes immergés dans un océan de hautes futaies… Intenses bouffées d’oxygène se mêlent alors à la vue, plaisir de tous les sens donc ! 

Montreuil-sur-Mer

08. Panorama romantique sur les remparts

 

Cette cité millénaire est un livre d’art et d’histoire à ciel ouvert : on y parcourt même toutes les époques architecturales. Du haut de ses remparts, couronnés par un Stéphane Bern admiratif du grand chantier de rénovation, la balade incontournable a ses habitués, dont les habitants eux-mêmes. Ces 3 km vous offrent une vue apaisante sur toute la vallée de la Canche, paysage de campagne, de champs, de verdure, quelques villages voisins et au loin, la Chartreuse de Neuville-sous-Montreuil. C’est dire si l’atmosphère est calme et qu’il fait bon se poser là, sur un banc. Dans une lettre à sa femme Adèle, Victor Hugo écrit : « des remparts, on a une vue admirable de coteaux et de prairies, car la ville est haut située ». Une bonne raison de prolonger votre escapade par un petit tour dans les rues pavées et escarpées de cette coquette petite ville fortifiée. Passage obligé rue du Clape pleine de petites terrasses avenantes. Une très belle découverte ! 

Le Marquenterre

09. LE panorama par excellence

 

Entre terre, mer et ciel, il y a le Marquenterre et ses camaïeux de blanc, bleu, vert et gris… Nous sommes dans un décor théâtral au cœur de la réserve naturelle de la Baie de Somme où le spectacle se joue en permanence par les allées et venues des centaines d’espèces d’oiseaux migrateurs qui ont trouvé là leur hôtel et leur restaurant. Un guide nature vous expliquera leur nidification, couvaison, éclosion depuis les différents points d’observation. L’un d’eux est encore plus magique que les autres et offre un panorama exceptionnel sur la Baie de Somme (classée Grand Site de France®), encore plus belle sous la pluie, quand le ciel offre de ces fulgurances de lumière qui accentuent les contrastes. Prenons là nos jumelles et admirons. C’est quasi mystique !  

Sailly-en-Ostrevent

10. Au sommet d’une atypique butte : le Cromlech...

… Les pierres levées de Sailly-en-Ostrevent

Ici le pays de l’Artois ressemble un tantinet à celui de Tolkien, on baigne dans le fantastique. Sept autochtones se sont transformés en pierres nous dit la légende, cinq subsistent encore aujourd’hui. Il vous faut grimper sur un tertre en plein champ près de Sailly-en-Ostrevent, dans le Pas-de-Calais, pour atteindre ces fameuses pierres mégalithiques placées en cercle druidique. Le paysage au sommet est tout simplement splendide. Seul au monde au cœur de cette grande plaine artésienne parcourue par deux cours d’eau, la Sensée et la Trinquise, allez-vous percer les mystères de ce lieu des plus intrigants de notre région ? Vous en reviendrez à coup sûr regonflé par cette énergie venue du fond des temps. Le tumulus haut de 5 m est classé au titre des monuments historiques depuis 1889.