© CRTC Hauts-de-France - Stéphane BOUILLAND

Jardins princiers et de contes de fées

Ils vous font rêver et sont, à eux seuls, des lieux de flâneries et d’inspiration. Ils prolongent votre visite des châteaux en un délice sans pareil ! De vrais contes de fées aux senteurs multiples qui se racontent de fleurs en arbres centenaires. Leurs compositions, signées par des concepteurs illustres ou passionnés, sont aussi soignées que celles de ces demeures royales et impériales. Lieux propices au recueillement et à la méditation, les abbayes se jouent d’accords naturels et culturels. A vous de percer le secret de leur histoire si bien gardée !

Esquelbecq_le château © Stephane Fedorowsky-Association du ChâteauEsquelbecq, le château Esquelbecq, le château © Stephane Fedorowsky-Association du Château
Chantilly

01. Le Domaine de Chantilly

Jardin spectacle qui s’offre à vous, en majesté, avec son allée royale qui semble vous indiquer l’infini.

Vous l’avez reconnu ? C’est le jardin «à la française» proche de la perfection formelle, dont le tracé atteint son paroxysme avec André Le Nôtre au Domaine de Chantilly. Jets d’eau féériques, sculptures, miroirs d’eau reflétant le ciel… une harmonie aux parfums recherchés qui vous fera vibrer à l’unisson ! Une envie folie et de romantisme? Le jardin anglais toujours dans le Parc du Domaine de Chantilly, c’est pour vous ! Le chant de l’amour résonne et se transforme en un tableau idyllique: cygnes, oiseaux aquatiques, cascades sans oublier les fabriques : le Temple de Vénus et l’île où règne Eros… une œuvre d’art ! Laissez-vous tenter, toujours dans ce parc aux multiples facettes, en pénétrant dans le jardin anglo-chinois qui a inspiré Marie-Antoinette, avec, en prime, une dégustation de crème Chantilly au Hameau ! Tous vos sens seront en émoi !

Compiègne - Chaalis

02. Le Chateau de Compiègne et l'Abbaye royale de Chaalis

 

 

Comment parler de jardin sans évoquer la reine des fleurs, la messagère de l’amour ? La rose !

Que ce soit dans le Parc du Château de Compiègne où les variétés les plus anciennes aux noms évocateurs de damas, gallica, centifolia, noisettiana, se côtoient, dans les jardins de l’abbaye de Valloires qui abrite entre autres la célèbre « rose de Picardie », ou dans le parc de l’Abbaye Royale de Chaalis, abbaye cistercienne, dont les roseraies « en arceau » dégagent un sentiment profond d’intimité. L’élégance de cette fleur mythique, célébrée chaque année, lors d’un week-end en juin, à l’occasion de « Les journées de la Rose», fera émerger en vous un parfum d’amour. Vous les caresserez du regard !

Pour que votre plaisir soit à son apogée, une balade dans l’allée des Beaux-Monts qui relie le Château de Compiègne à la forêt avec une perspective de 5 km à couper le souffle.

Esquelbecq

03. Le Château d'Esquelbecq

Un vrai tableau à la flamande au pied du Château d’Esquelbecq, avec au cœur d’un grand carré, son jardin clos à compartiments, très intimiste réalisé à partir les planches de Sanderus dans sa Flandria illustrata. Quand vous accédez à ce jardin par le pont pavé, vous êtes saisis par cette atmosphère particulière et surprenante ! Vous avez l’impression de pénétrer dans une gravure du Moyen-Age.

Tracé en croix, séparant les deux parties du jardin, architecture symétrique, présence de l’eau qui coule sous les douves, haies, topiaires, poiriers et pommiers palissés et taillés, le tout enveloppé par les arômes du potager. Laissez-vous emporter par l’esprit des lieux qui ne cesse d’évoluer pour se rapprocher de l’original !

Guise

04. Jardins du Familistère Godin

S’il n’est pas royal, le jardin d’agrément du Familistère de Guise, n’en est pas moins jardin de palais : un Palais de l’utopie sociale du siècle dernier, créé par Jean-Baptiste Godin pour ses ouvriers. Souvent appelé « le jardin aux pieds noirs », c’est un jardin où l’industrie a laissé ses traces ne serait-ce que dans le revêtement des allées, composées des sables de la fonderie. Ce jardin destiné à tenir le Familistère à distance des fumées d’usine de la fonderie, est d’une composition pittoresque. Ainsi, au long de votre déambulation, vous irez de surprises en surprises : petites architectures, kiosque rustique couvert de chaume à l’allure d’une hutte primitive, statues allégoriques, vases en fonte et bancs tout droits issus de la fabrique de la manufacture du Familistère. Un jardin qui puise ses racines au cœur d’une histoire exceptionnelle et toujours vivante: le Familistère est un musée… habité. A visiter absolument !

Marcq-en-Baroeul

05. Fondation Septentrion

Un parc, habité par des sculptures au Château, si bien nommé, du Vert-Bois à la Fondation Septentrion à Marcq-en-Baroeul, toujours habité par la famille Prouvost, illustre représentant du textile roubaisien. Une déambulation lente autour des sculptures de Dodeigne, enfant du pays, et de Herzi noyées dans un écrin de verdure de 60 ha.

Au cours de votre flânerie contemplative, allez à la rencontre des artisans des métiers d’art, ils vous surprendront !

Recevez le guide dans votre boîte mails

Guide des Parcs et jardins des Hauts-de-France

Découvrez les 200 parcs et jardins des Hauts-de-France
 
De l’intimiste ou plus étoffé, vous aimerez le contempler et vous enivrer de ses effluves loin des tumultes de la ville… Le jardin vous tranquillise ! Tout beau, toujours apaisant et unique vous choisirez au gré de vos aspirations, l’urbain, le médicinal ou le gourmand, puis le contemporain, le fantaisiste ou encore le royal celui des contes de fées, le spécial enfant, celui de la paix, le méditatif, zen ou enfin le jardin des arts.