© CRTC Hauts-de-France - Nicolas Bryant

Savourer la forêt de Crécy avec un naturopathe

Marcher avec le naturopathe Hubert Lévêque à travers la forêt de Crécy a des airs de retour au jardin d’Eden : on ressent au plus profond de soi la bienveillance de la nature, fraîche et vivante, un gage d’espérance éternelle. Vous allez surtout prendre conscience d’un Grand-Tout symbiotique : si vous vous sentez bien devant ce paysage, c’est que vous y retrouvez les éléments qui sont en vous – eau, air, racines et terre. Ce même paysage devient une occasion de se recréer et mène à une forme d’unification. Une communion en somme. En route donc, panier au bras pour goûter les bienfaits de cette nature généreuse. 

Crécy-en-Ponthieu _ Sortie Nature avec Naturopathe © CRTC Hauts-de-France - Nicolas BryantCrécy-en-Ponthieu _ Sortie Nature avec Naturopathe © CRTC Hauts-de-France - Nicolas BryantCrécy-en-Ponthieu, Sortie Nature avec Naturopathe © CRTC Hauts-de-France - Nicolas Bryant

La forêt de Crécy

regorge de plantes sauvages vertueuses pour notre santé et notre naturopathe nous livre ici leurs quelques secrets. L’ortie foisonne en ce lieu, au premier abord, elle rebute par son côté urticant, cependant délicieuse en soupe ou tourte, elle détient plus de vitamine C que le citron, riche aussi en protéines et en fer. Nous apprenons que les boutons floraux de la berce sont excellents pour agrémenter nos salades ou gratins de pommes de terre. Celui dégoté par notre guide, sera haché finement en condiment. Un peu plus loin, c’est du plantain majeur qui, en plus de ses vertus cicatrisantes et désinfectantes en cas de coupures ou piqûres, se mange. Il a un goût de champignon et conditionne votre omelette par exemple. 

C’est notre gingembre à nous, cru ou cuit, il reste fort en goût et tonifiant pour l’organisme.

Au printemps,

on se régale de violettes et d’ail des ours (pour assaisonner à peu près tout!) qui tapissent le sous-bois. On s’étonne à chaque arrêt de ces prétendues «mauvaises herbes» qui ne doivent leur nom qu’à notre incapacité à les connaître. Apprendre à lire un paysage ce n’est pas si compliqué.

En prêtant attention à ce que nous cueillons nous réapprenons à solliciter nos sens. Sentir, froisser une plante, la goûter… Et le mental décroche, c’est sûr, pour laisser place à nos instincts. La transformation opère. Devenir acteur de sa santé, en empathie avec les perdrix du talus, est un éveil authentique.

Marcher dans la nature, c’est comme déambuler dans une immense bibliothèque, où chaque livre ne contiendrait que des phrases essentielles.

Christian Bobin

Conseil d'habitant

Virginie CoudreVirginie CoudreVirginie Coudre
Se déconnecter aux Jardins de Valloires

 

Avec mon amoureux, nous aimons beaucoup nous accorder une petite pause aux Jardins de Valloires. C’est un immense jardin d’abbaye magnifiquement travaillé, où la promenade invite à l’évasion par les sens. L’endroit où je préfère me balader, c’est la roseraie. Dès le mois de mai, les roses s’ouvrent et offrent un panaché de couleurs, un festival de variétés ! Le rose s’approprie chaque pétale de fleurs en un millier de nuances. C’est magique… Et imaginez les parfums qui s’en exhalent… J’adore m’asseoir et fermer les yeux un instant pour me laisser transporter par ces senteurs et par le chant des oiseaux. C’est fou comme ça me détend !

Le petit plus ?  Déjeunez à la Table du Jardinier. Le chef prépare ses plats avec les produits du jardin et concocte souvent un potage à base de plantes ou une quiche aux pétales de fleurs. Une véritable découverte et un délice pour les papilles !

Virginie, experte des sorties patrimoine et nature à Rue
section-banner-bottom

Infos pratiques